Ghannouchi fédérateur à souhait tend la main à Caïd Essebsi

17 سبتمبر, 2014 11:24 ص

6 0

Le «Ghannouchi nouveau» lisse, conciliateur et avenant à souhait a franchi un pas de plus en devenant, comme par enchantement, un homme de la concorde, de l’union nationale. Aucun homme politique tunisien n’a été jusqu’ici aussi fédérateur que ne l’était hier le chef d’Ennahdha sur le plateau de NessmaTV.

Alors qu’on est à quelques jours de la clôture du dépôt des candidatures à l’élection présidentielle et à deux semaines du démarrage de la campagne électorale législative, on attendait un chef de parti obnubilé par la victoire des siens, mais nous voilà devant un homme qui ne semble mû que par l’intérêt du pays. Pour lui la Tunisie ne peut supporter les tiraillements partisans au cours du prochain quinquennat. C’est pourquoi il appelle de ses vœux à un rassemblement le plus large possible dans un gouvernement d’union nationale qui sera appelé à prendre des décisions décisives sinon douloureuses s’agissant des questions économiques et sociales majeures sur lesquelles devrait se pencher la communauté nationale.

Il faut dire que le chef islamiste semble tirer la leçon de ce que le pays avait connu tout au long du second semestre de 2013 et qui s’est achevé par le départ d’Ennahdha du gouvernement et la mise en place d’un gouvernement de compétences nationales. Mais aussi de ce qui s’était passé en Egypte et qui s’était soldé par la sortie peu glorieuse des Frères musulmans du pouvoir. Avec ce leitmotiv si le printemps arabe peut encore réussir en Tunisie, c’est à ce prix «sinon le toit s’écroulera sur tout le monde». Il est évident que les événements en Egypte en juillet-août 2013 et le triomphe de l’armée dans le coup de force en Egypte ont largement déterminé le positionnement actuel d’Ennahdha et de son chef.

Rached Ghannouchi répète à celui qui veut bien l’entendre qu’alors que les autres plaident pour la «discorde» en divisant les Tunisiens entre islamistes et modernistes, lui se veut le champion de la «concorde». La Constitution « consensuelle» ayant réglé une fois pour toute la question de l’identité nationale, il n’ya plus lieu de procéder à cette division. «Nous sommes tous des islamistes modernistes» dit-il.

En point de mire, Nidaa Tounés et son leader Béji Caïd Essebsi qui a dit qu’il ne s’allierait pas avec ceux qui procèdent d’un projet de société qui est différent du sien qui se veut moderniste et progressiste. «De grâce Si Béji vous qui êtes un homme sage évitez de diviser les Tunisiens» dit-il en fixant la caméra comme s’il s’adressait directement à son interlocuteur de Paris. «De cette tribune il a demandé à me rencontrer quand le pays traversait sa plus grave crise et j’ai répondu à sa demande en allant le rencontrer à Paris, j’ai même dit que j’étais prêt à aller au Guatemala s’il le fallait» a-t-il ajouté en estimant que c’est grâce à cette rencontre que la crise a pu être réglée.

C’est donc cette main tendue par Ghannouchi à l’autre «Vieux » de la scène politique qui est le message essentiel de cette interview menée avec dextérité par Myriam Belkadi qui n’a pas démérité même si elle est parue offrir une tribune au président d’Ennahdha que lui poser les questions qui fâchent.

Toujours attaché à son idée de «président consensuel» le président du parti islamiste ne veut pas en démordre. Ennahdha n’a pas encore tranché entre les candidats même s’il a donné un profil qui peut convenir à beaucoup de monde y compris le président de Nidaa Tounés quand bien même ce dernier n’adhère pas à l’idée. Pourquoi cette interview maintenant alors que Béji Caïd Essebsi connait une rude contestation au sein de son parti y compris et surtout contre sa candidature à l’élection présidentielle? Rached Ghannouchi voit-il le vent tourner et estime-t-il que la défaite de son parti aux élections législative est probable pour qu’il soit amené à tenir un langage aussi conciliateur sinon fédérateur ? Ou bien veut-il protéger ses arrières afin de demeurer au pouvoir même en tant que seconde force du pays. Ou bien, dernière hypothèse, cherche-t-il à ajouter encore des problèmes à ceux que connait Caïd Essebsi en l’obligeant à se faire aussi conciliateur quitte à perdre l’aile la plus farouchement anti-islamiste de Nidaa Tounés ?

Par tactique plutôt que par stratégie Rached Ghannouchi a mis Béji Caïd Essebsi devant un gros dilemme. Comment en sortira-t-il ? That is the question.

مصدر: leaders.com.tn

إلى صفحة الفئة

Loading...